Polska poezja

Wiersze po polsku


Wiersz XXXIII LE CHAT

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux
Męlés de métal et d’agate.

Lorsque mes doigts caressent ŕ loisir
Ta tęte et ton dos élastique,
Et que ma main s’enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit ; son regard,
Comme le tien, aimable bęte,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et des pieds jusques ŕ la tęte,
Un air subtil, un dangereux parfum
Nagent autour de son corps brun.


Wiersz XXXIII LE CHAT - Charles Baudelaire